JSN – Vieux RP – Part 1 – L’auberge des 3 chemins

Dec 12, 2005

Un vieux RP improvisé entre joueurs datant de 2005 et déterré du jeu sans nom (http://jsn.scooba.org/).
Part 2: http://ledruide.com/archives/623
Part 3: http://ledruide.com/archives/625

——————————————————

Partie I : L’auberge des trois chemins

————————————————————————————–
LeDruide

Après avoir passé trois nuits dans le dédale de la forêt de Camelot, Je trouve enfin la route qui mène à l’auberge des trois chemins.
D’après le message anonyme reçu il y a de ça un mois déjà, c’est ce soir que je dois m’y présenter.

L’extérieur de l’auberge semble on ne peux plus normale deux étages, des murs en pierre un toit en chaume, de la fumée sort de la cheminée, aucune maison alentours.

J’entre.

La taverne n’est pas encore très remplie, un aubergiste derrière son comptoir discute avec quelques chevaliers, d’autres jouent au carte.

La personne avec qui j’ai rendez-vous étant censé me contacter, je décide donc d’aller m’installer à une table peu éclairée et commande une pinte au tavernier….

————————————————————————————–
LeDruide

Déjà plus de 5 heures que j’attends et à l’exception du tavernier personne n’est venu.

Me serais-je trompé d’auberge ? Impossible ! tous ces chevalier en armes autour de moi, je suis bien à l’auberge désignée…

Peut être devrais-je lui demander s’il à un message pour moi :
– Aubergiste ?
– …

Il à l’air trop occupé pour l’instant, à moins qu’il ne souhaite pas avoir affaire à moi…

Passons le temps en observant la salle.
C’est une grande pièce avec un plafond assez haut, des torches accrochées aux murs illuminent la pièce par ilot de lumière. Derrière le bar une armoire contenant les bouteilles. A droite du bar une porte fermée, à gauche un escalier qui monte à l’étage. Trois petite lucarnes ronde donnent sur l’extérieur, il fait grand jour d’ailleurs !

Bien en attendant je vais faire un petit somme (de la moitié d’un oeil seulement, je ne connais pas ces gens.)…

————————————————————————————–
Rayve

Un chevalier vient de rentrer dans la taverne. Il a l’air tellement bizarre, que j’ai plus fait attention à mes jetons, et je suis sûr qu’ils ont diminués. Mon voisin a de trop grandes manches, je trouverai bien un moyen de déclencher une bagarre pour en vérifier le contenu. Puis je le frappe pour chaque as trouvé.

Décidément, plus j’y pense, plus cette idée me plait. Mais n’empêche que mon voisin me dépasse d’une bonne tête… ça me décide à tout simplement arrêté de jouer, pour ne plus me faire plumer.

Ne sachant plus quoi faire, je me tourne vers le nouvel arrivant. Manifestement, il cherche quelqu’un, il ne veut pas que ça se voit, mais il n’est pas encore assez doué pour me duper.. ni le reste de la salle d’ailleurs: tout le monde le surveille du coin de l’oeil.

Bon, réfléchissons.. Il ne viens jamais de donzelles par ici, donc il attend un autre guerrier. Donc il y a peut-être une quête à gratter…. Et s’il ne connaissais pas la tête de son interlocuteur? Je vais faire semblant d’être cette personne et voir si je peux glaner dans informations…
Je me dirige vers lui.

“Bonjour, vous êtes à l’heure, c’est bien.”

————————————————————————————–
Le Chevalier

Une heure que je marche, une heure que mon cheval -vil crevure- m’a lâché. Mais bon, j’ai rendez vous avec Pimprenelle à l’auberge des trois chemins, alors je marche et je répète une ritournelle
“J’ai l’air gentil dans mes vêtements de cuir
Pourtant vous feriez mieux de rapidement fuir
Dès que vous aurez le dos tourné
Je vous pourfendrai de mon épée”
et caetera et caetera…
Quand j’arrive à l’auberge, j’ai l’impression que tout le monde m’observe.. mais c’est sûrement la fatigue.
Je jette un regard alentours mais Pimp’ n’est pas encore là.. ou peut-être plus là.
Soudain, un des joueurs de cartes s’avance face à moi et me lance “Bonjour, vous êtes à l’heure, c’est bien.”
Je lui décoche un coup de poing en pleine face, ça l’apprendra a me prendre pour un con !

————————————————————————————–
Pimp’

Je savais bien que je n’aurai pas du courir des heures derrière cette infâme sorcière.

Un jour plus tôt, j’avais fais la rencontre d’un jeune homme se faisant appelé Le Chevalier. Il avait l’air un peu bizarre, mais avais attisé ma curiosité. Pourquoi jetait il des coups d’oeil par dessus mon épaule, et sous son bras ??? … Il devait être poursuivi par d’horribles bandits … ou le lapin enragé qui rode ces temps ci.

Toujours est il que ce brave aux gestes curieux m’avait invitée à le rejoindre le lendemain à l’auberge des trois chemins. Il ne devait pas savoir qui je suis réellement.

Et maintenant me voila perdue au milieu de nul part et cette foutue sorcière a disparu.

La tête me tourne …

Je vais aller m’assoir la bas …
Ni !

————————————————————————————–
LeDruide

Tiens, un chevalier tout de cuir vêtu vient d’entrer !
Mais je le connais !
Ou du moins… l’ais-je déjà connu ? Ma mémoire me joue des tours….

Le chevalier qui vient d’entrer assène un coup de poing à l’un des joueurs de carte qui s’était approché de lui, reculons nous un peu dans le noir il risque d’y avoir un peu de bagarre et ce n’est pas le moment d’être mêlé à ce genre d’histoires…

Dernière modification par LeDruide (24-11-2005 08:38:29)

————————————————————————————–
Pimp’

Ayant fini par retrouver mon chemin dans ces maudites montagnes, et sous la flotte, cachée sous ma capuche je pénétrait l’antre de l’auberge des trois chemin.

Des regards suspects, une odeur de vieille chaussette, une quinzaine de piliers de bars, pas de doute, j’étais au bon endroit.

Je ne voyais point Le Chevalier .. tout se mal pour rien, qu’il aille au diable après tout.

“Tavernier, un hypocras s’il vous plait”.
Qu’est ce qu’il a me regarder celui la ? …

Je replace ma capuche .. restons incognito. On pourrai me reconnaitre …

————————————————————————————–
LeDruide

“Tient ! Pimp’ vient de rentrer dans l’auberge ! Quelle est la raison de sa présence dans ces lieux ? Sa tête n’est pas restée longtemps découverte mais je suis quasi-certain de l’avoir reconnu !
Cela fait déjà quelques années que nous ne nous sommes plus rencontré… oserais-je aller lui parler… ”

Je me lève en évitant soigneusement de m’approcher de la bagarre qui vient de se déclencher.

En m’approchant de Pimp':
“Tavernier, c’est moi qui offre cet hypocras et servez m’en un également !
Que fait tu ici ? aurais tu toi aussi… … oublions…
Je ne te dérange pas au moins j’espère ?”

————————————————————————————–
Le Chevalier

Après dix bonnes minutes de bagarre, trois gars ont étés jeté dans un fossé, le temps qu’ils se réveillent…
Je tente de masquer les traces de ce petit imprévu et m’approche du comptoirs.
“Salut mon gars, joli fourche dans les yeux tout à l’heure, Qu’est que je te sers ?”
“Un triple cercueil”
Je jette de nouveau un regard alentour et m’aperçois que deux hommes discutent un peu plus loin, mais l’un des deux est encapuchonné.
Tout en buvant mon triple cercueil, je m’approche discrètement et tends l’oreille..

————————————————————————————–
Rayve

J’ai mal aux dents. C’est pas cool. Il m’a complétement grillé. Méchamment.
D’habitude y’a un réflexe de “qui c’est ce con” qui me permet de sortir une excuse puis de me barrer. Mais là, direct, un poing dans les dents. Heureusement que je suis tombé sur une table et que le type attablé s’est levé pour servir de diversion.

Durant tout le temps de la bagarre, je me suis planqué dans un coin. Décidément, celui qui m’a frappé a des reflexe, il étale bien.
Je remarque alors une personne avec une capuche. Encore du louche. Une quête à glaner? Non, une mandale par soir, c’est la règle.
Mais ça m’intrigue, je vais m’approcher et écouter discretos.

“Patron, une bière simple, je veux rentrer en marchant droit” Et surtout ne pas avoir les oreilles qui sifflent pour entendre correctement.
Voyons voir…

————————————————————————————–
Pimp’

V’la tit pas qu’on me paie mon hypocras, je vais le boire vite avec un peu de chance on m’en paiera un autre …
Mais … Ma parole…. Mais c’est le Druide ! Il a du se passer quelque chose de grave pour qu’il rode par ici.

Je chuchote, “Salut mon vieux druide, qu’est ce qui peut bien t’amener dans le coin ? Ça fait un moment qu’on t’a pas vu !”

On discute … on ne rentre pas dans le vif du sujet … les murs ont des oreilles par ici .. j’ai l’impression vague de reconnaitre quelques visages …

“Tu n’as pas croisé quelques sorcières sur les chemins ces temps ci ? J’en ai vu flotter au bord des rivières pour ma part, je m’inquiètes …”

————————————————————————————–
Le Chevalier

J’écoute toujours la conversation en savourant petite gorgée à petite gorgée mon triple cercueil, mais quelque chose me semble bizarre.. Je trouve cet étrange personnage vraiment sexy.. pourtant, je ne suis vraiment pas le genre de personne que l’on traite de lopette (sauf à vouloir se faire bastonner)..
Et puis soudain, c’est l’illumination “Pimprenelle !!”
Je crie sûrement un peu fort car plusieurs personnes se tournent vers moi
“Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? ‘Y en a un qui veut sa raclée ? alors regardez ailleurs !”

————————————————————————————–
LeDruide

A ma grande surprise, Pimprenelle m’a reconnu.
La dernière fois que nous nous somme vu remonte à quelques années, je devais à l’époque me rendre sur la côte ouest de la France, en Bretagne afin d’aller rendre visite à mon oncle le grand Druide Ramix.
En arrivant sur place son village était dévasté, les maisons étaient encore fumantes, une odeur de mort régnait tout autour des arbres centenaires qui seuls avaient du observer le drame terrifiant qui s’était joué en ces lieux.
Je m’était immédiatement dirigé vers la maison de mon oncle le glaive à la main. C’est en ouvrant la porte que j’étais tombé nez à armure sur Pimprenelle assise à côté du corps livide de Ramix, de fureur et de désespoir je m’était alors jeté sur elle sans chercher à comprendre ce qui avait bien pu se passer, je lui portait coup sur coup sans toutefois parvenir à la toucher, mes yeux étaient aveuglés de larmes, elle me désarma facilement et je suis tombé à genoux en sanglot à côté de mon oncle mort.
J’étais en partie déshonoré ; j’avais montré ma faiblesse devant un autre chevalier mais elle me promis que de mémoire de chevalier pleurer et venger la mort d’un être cher était tout sauf une preuve de faiblesse .
Elle me raconta ensuite tout ce qu’il y avait besoin de savoir, son arrivée dans le village, son expédition dans la grotte de Trielec et son retour au village dévasté…
C’est ainsi que nous décidâmes à l’époque de ne plus avoir de répits tant que le village n’aura pas été vengé.

Je connais aujourd’hui sa force et elle la mienne, un respect profond nous anime l’un vers l’autre.
Si elle se trouve ici c’est certainement que de grande chose se préparent, il me semble d’ailleurs que beaucoup de chevalier en armes sont présents dans cette auberge…

“J’ai effectivement croisé quelques sorcières mais elles se sont détournée de mon chemin comme si j’étais la peste haha ! J’ai bien essayé d’en toucher une ou deux avec mon arc mais sans grande conviction…
Leur présence laisse effectivement présager certaine chose mais je ne connais pas ces régions, pour tout dire j’ai reçu un message qui…”

On entends soudain crier un chevalier, celui-là même qui avait montré sa force de frappe dès son arrivée :
“Pimprenelle !!”

En agrippant sous ma cape le manche de ma dague de façon à ce que personne ne puisse le voir, je m’oriente vers Pimprenelle en gardant un oeil sur ce chevalier de noir vêtu :
“Tu connais cet homme ? Car je ne suis pas homme à laisser un inconnu embêter un compagnon de quête !”

————————————————————————————–
Pimp’

Je devais reconnaitre que retrouver le druide ici était une bonne surprise…

Malgré le vacarme environnant, nous parvenions a échanger les dernières nouvelles discrètement.

Quand soudain une voix bourrue crie “Pimprenelle” !

Surprise, je me retourne en prenant garde a rester encapuchonnée… Un grand chevalier se tient la, les poing dégoulinant d’un peu de sang frais des bagarres qu’il avait déclenchées. Son visage est tellement en sueur et ses habits en désordre que j’ai du mal a le reconnaitre …. mais ses yeux … ce regard …

“oui le druide, je le connais, c’est le chevalier .. celui la même que je devais retrouver ici” …

“tavernier, une bière de ton meilleur fut s’il te plait, je sens qu’on est pas prêts de partir”…

————————————————————————————–
LeDruide

Retirant la main de ma dague je leur propose de venir me rejoindre à ma table :
“Si ma compagnie ne vous dérange pas pour vos affaire, ma table est au fond de la pièce dans ce coin obscur nous y serons plus au calme pour discuter !
Acceptez-vous ?”

————————————————————————————–
Rayve

Le grand type qui m’a frappé vient de hurler. J’ai tressauté, croyant à une injure inconnu à mon encontre, mais il s’adressait à l’une des deux personnes qui j’épiais.
Pimprenelle hein? A la réflexion, j’ai entendu ce nom quelques parts. Bof, on entend tellement de nom, les paysans s’émerveillant si facilement face à des vagabonds ou des chevaliers.

Tout les trois s’éloigne du comptoir. A n’en pas douté, je me sis encore fait griller, décidément, c’est pas mon jour. Lentement, toujours avec un mal de dents persistants, mais en plus un peu de tournis qui me dit d’arrêter de boire alors que je supporte si mal l’alcool, je sors.
L’air frais me fera du bien, et je ne pourrais rien tirer de leurs conversations. Si j’insiste, ce n’est pas des phalanges que je prendrai dans le nez…

————————————————————————————–
LeDruide

En allant nous assoir vers la table où j’étais resté une bonne partie de la journée, je remarque un paysan au comptoir qui semble nous observer… ce doit être mon esprit qui me joue des tours, je ne connais personne dans la région je dois être un peu paranoïaque…

Nous nous asseyons et commandons à l’aubergiste deux canards, trois poulardes et un demi tonneau d’hydromel afin de nous remettre de notre dure journée.

“Je ne te connais pas Chevalier mais si tu es en affaires avec Pimprenelle, tu as pour l’instant ma confiance et avant que vous ne me disiez pourquoi vous êtes ici, j’aimerai vous raconter la raison de ma présence.
Il y a de ça une lunaison j’ai reçu une missive anonyme me racontant l’histoire d’un village.
L’auteur de cette lettre m’a prévenu que si elle ne s’était pas présentée avant la tombée de la nuit dans cette même auberge aujourd’hui, je devais la considérer comme morte et ouvrir une seconde missive…or la nuit est déjà bien avancée…”

Je sort le plus discrètement possible de ma poche, une lettre cachetée, les armes gravées sur la cire me sont inconnues je les montres rapidement à mes compagnons :
“…celle-ci…
Avant de l’ouvrir je vais vous parler du contenu de la première missive ;
celle-ci racontait l’histoire du village de Khudorh. Les légendes racontent que ce village situé entre le mont Khu et le mont Dorh, à été entièrement englouti par un démon il y a de ça 365 ans et 10 mois. Or il est dit que ce démon, que l’on ne doit pas nommer [comme tout démon qui se respecte] se réveille tous les 366 ans afin d’engloutir un nouveau village.
La première lettre n’en disais pas plus… ouvrons celle-ci maintenant…”

Je sort ma dague et d’un geste vif et précis je décachète la lettre sans même abimer le seau de cire.
En regardant à l’intérieur de l’enveloppe j’y découvre une feuille de papier manuscrite accompagnée de deux pendentifs.

Le premier pendentif, monté sur une chaine en argent, représente un symbole cabalistique, la finesse de la gravure me fait penser aux scribes d’Etrabonne, ceux là même qui naguère gravèrent la couronne du Roi Pendragon. Quand au second pendentif, monté sur une chaine en or, il montre un un arbre majestueux gravé sur une plaque de cuivre. Le trait est ici plus rugueux mais on y reconnaît toutefois un chêne centenaire.

Je range les pendentifs sous la doublure de mon manteau, entre ma poitrine et mon gilet de cuir, dans une poche adapté a cet effet.

Je saisi la lettre et commence à la lire.
“Mon très cher enfant, j’ai bien reçu…..”

Toute la lettre semble n’avoir aucun lien avec la précédente ! Je la montre à mes compagnons de table et après quelques minutes nous en concluons que le message est chiffré et qu’il nous faut trouver la clef…
Les plats arrive je sers tout le monde à boire, et nous commençons le repas.

“Je vais probablement devoir retrouver la trace de l’ancien village de KhuDorh, et comme je ne connais pas cette région , je comptait trouver un guide parmi les paysans du coin, l’on m’a dit qu’ils étaient assez débrouillard et pas trop filou…

Mais assez parlé de moi, à votre tour de me dire ce qui vous amène dans ces contrées lointaine ?”

————————————————————————————–
Pimp’

Et bien Druide, ton histoire est bien étrange … il va falloir tirer cela au clair et vite !

Pour ma part, je suis venue car j’ai tout d’abord croisé Le Chevalier il y a peu, je ne le connaissais pas, je ne l’avais jamais vu dans la région … Il m’avouait alors que ses déplacements étaient rares, mais que la, il s’agissait d’un évènement de la plus haute importance.
Notre rencontre fut brève, des affaires respectives a régler d’urgence nous contraignant a écourter notre discussion.

Mais nous décidâmes donc de nous retrouver ici afin d’être plus au calme pour échanger nos propos. Et confronter nos points de vue ..

… Un bref coup d’oeil derrière moi et je voyait cet homme qui était la depuis un moment a veiller aux alentours, sortir de la taverne … ce n’était finalement peut être pas un espion .. tant mieux …

“L’affaire qui me préoccupe aujourd’hui est de démasquer les sorcières. En effet jusqu’alors, il était facile de les démasquer en confrontant leur poids avec celui d’un canard … mais je vous affirme qu’elle on trouvé une technique diabolique pour nous rouler ! J’ai dernièrement croisé de ces femmes en guenilles partant dans la foret a la tombée de la nuit .. voulant les démasquer je les poursuivait, mais même a cheval et elles a pied elles m’ont toutes échappé ! Je n’ai encore donc point trouvé leur repaire.
Si elles parviennent a leur fin, je ne répond plus de ce monde et de sa morale …!”

Voila pour ma part … Le chevalier il me semble que vous nous devez quelques explications quant a votre venue …

————————————————————————————–
Le Chevalier

Après avoir expliqué la raison de ma présence à mes deux compagnons, je m’éclipse pour des raisons qu’ils comprennent aisément..

————————————————————————————–
LeDruide

Le Chevalier nous ayant quitté après nous avoir expliqué la raison de sa présence ici nous nous retrouvons Pimprenelle et moi à nous raconter nos aventures récentes.

Au bout de quelques heures, la taverne était presque vide, il ne restait que quelques paysans et une dizaine de chevaliers plus ou moins éméchés.

“Eh bien vu l’heure qu’il est, je crois que ma lettre restera anonyme, et n’ayant pas suffisamment étudié les écritures, j’ai bien peur de ne pas pouvoir déchiffrer seul cette seconde missive…
Connaîtrais-tu par hasard un couvent ou une abbaye dont les braves gens puissent me faire entendre ces écrits mystérieux ? Nous pourrions ainsi leur laisser le soin de s’occuper de cette affaire pendant que nous nous occupons de la tienne…”

Je n’avais jamais aimé les sorcières, à l’école des chevalier où nous apprenions à démasquer les sorcières, j’étais toujours l’un des plus mauvais, je n’étais alors pas capable de comprendre qu’une église ne flottait pas aussi bien que du bois…

Pimprenelle au contraire semblait en connaître beaucoup sur ces êtres particuliers…

“Écoute, je vais recopier le texte de la lettre et faire envoyer la copie à l’abbaye la plus proche, puis si tu le souhaites, nous pourrions partir après une bonne nuit de repos à la recherche de leur repaire ?
Si tu es d’accord vient me chercher demain à l’aube, j’ai demandé à l’aubergiste de me réserver une chambre, d’ailleurs je tombe de fatigue… Si je ne te vois pas demain à l’aube j’affronterai seul ma destinée en espérant que nos chemins se croiserons encore..”

Je me lève et m’apprête à saluer Pimprenelle…

————————————————————————————–
rambois

et pendant ce temps la, très loin d’ici, mais un peu moins, un chevalier approche…
CLOPCLOPCLOPCLOP

————————————————————————————–
Pimp’

Je tombais de fatigue …

Le départ prompt du Chevalier était digne de malotru, je me méfierai de lui a l’avenir.

Les mystères des lettre du druide me laissaient sans voix, et mes sorcières faisaient la ronde dans ma tête … je n’en pouvais plus.

Il fallait prendre du recul.

“Très bien le Druide, une nuit de repos s’impose, je te laisse a tes découvertes, et j’espère que nos routes se recroiseront bientôt. Si par bonheur j’apprends des choses sur tes lettres je t’en ferai part, en envoyant une missive la ou tu sais …”

————————————————————————————–
Rayve

Je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un coup d’oeil.
J’ai juste eu le temps d’apercevoir un truc brillant. Si ma cupidité s’en mêle… Mais cet homme semble avoir déjà eu affaire à des collègues car à l’endroit où il l’a rangé, il faudra le tuer pour le déposséder.
Ça ne se fera pas aujourd’hui et ni jamais d’ailleurs, vu que je ne crois pas assez en ma chance pour croire les revoir.

Je m’éloigne donc lentement, en me demandant si à tout hasard, je reviendrai demain. Tout le monde sait que la richesse attire la richesse, et peut-être que ce bijou pourra en faire gagner à cet homme. Et pour peu qu’il ait besoin d’un guide, et que je sois ce guide, je pourrai peut-être en profiter, et, une fois n’est pas coutume, honnêtement.
C’est décidé, je reviendrai après avoir dormi un peu.

————————————————————————————–
LeDruide

Je souhaite bonsoir a Pimprenelle et monte dans la chambre que l’aubergiste m’avait gracieusement préparé après avoir demandé à ce dernier de me réveiller à l’aube.

Le décor de la chambre est sommaire mais fonctionnel, une paillasse bien rembourrée fait office de lit, une chaise devant une table sur laquelle Un candélabre en fer forgé illuminait la pièce tout en faisant vaciller les ombres.
Une lucarne à l’est et une petite fenêtre à l’ouest, les deux semblent murées. En m’approchant plus près je me rend compte que le brouillard est si dense que l’on dirait un mur ! Drôle de région ou je ferai mieux de ne pas me perdre…

Dès demain je me rendrait au monastère des frères de l’Illumination en attendant, je ressasse les événements de la journée, cherchant un lien incompréhensible entre l’apparition des sorcières et le démon sans nom…
en vain…
…au bout de quelques heures je tombe épuisé de sommeil…

————————————————————————————–
LeDruide

“Monseigneur debout, le soleil à tôt fait d’se l’ver !”
Je me réveille en sursaut :
– Qui va là ? Que se passe t-il ?
– C’est l’aubergiste vot’ seigneurie, j’vient simplement vous l’ver comme vous m’l’avez dmandé !
– Merci mon brave, je me prépare de ce pas… Votre épouse peut-elle me préparer quelques nourriture ? Ma route est longue et mon ventre affamé.
– Paix à son âme m’sieur, j’men vais vous préparer d’quoi vous… euh … vous sustentationner moi même comme qui disent , la pauvre est morte mangée par des loups y a d’ça trois hivers !
– Pax vobiscum, brave aubergiste je ferai honneur à ton repas. Il faudra également préparer mon cheval…

Le tavernier sort de la chambre après avoir allumé le candélabre de la petite table.
En regardant par la fenêtre j’aperçois le soleil qui peine à traverser la brume matinale, et déjà quelques hommes entrant et sortant de l’auberge.

Ils sont bien matinaux ma foi.
Je descend l’escalier et retrouve l’aubergiste derrière son comptoir, il me désigne une table où m’attendait trois oeufs frais, et un demi poulet et deux pommes, exactement ce qu’il faut pour bien commencer la journée.

Je m’installe à table et demande à l’aubergiste s’il sait comment se rendre au monastère des frères de l’Illumination… Visiblement il n’a pas entendu, je lui reposerai la question plus tard, lorsque mes voisins de table plongé dans une partie de cartes seront moins bruyant…

————————————————————————————–
Rayve

Et j’y suis.
C’est pas vrai, j’ai eu beau retourné la situation dans tout les sens, cette histoire ne peux m’attirer que des ennuis, avec pertes, fracas et peu de récompenses.
Mais je suis quand même revenu.

Résultat, je suis encore en train de me faire dépouiller à ce jeu de cartes maudites. Et cet imbécile à coté de moi qui peste tant et plus parce qu’il perd. Mais quand comprendront-ils que plus ils font de bruit, plus les tricheurs peuvent agir sans se faire remarquer? J’ai déjà repéré le tricheur, mais je n’arrive pas à savoir comment le confondre.
De plus, j’ai tourné la tête lorsque l’homme d’hier est arrivé, et je suis sûr d’avoir encore perdu des pièces.

Il demande à l’aubergiste le chemin vers le monastère des frères de l’Illumination. Las de me faire dépouiller, je décide de ma lancer. Je ne sais pas très bien où ce trouve ce monastère, mais au moins je connais la direction. Peut-être cela me reviendra en chemin.
Je me lève et m’approche de lui, en me débrouillant pour qu’il me voit arriver, et laissant le moins possible trainer mes mains.
Je vais marchander un peu, ça met le client en confiance. Avec ma bouille, pour ne pas passer pour un voleur, je vais devoir faire profil bas.

“Bonjour noble chevalier. J’ai par mégarde entendu ta requête à notre bon aubergiste, mais je coirs pouvoir t’être plus utile que lui. Je peux te guider si tu le désire, et mes prix sont plutôt bas. Que dirait tu de 50 pièces le voyage ?”

Je commence fort. J’espère que ça ne vas pas le faire fuir. En plus, comme je n’ai aucune idée du temps que va prendre le voyage, je ne peux pas estimer de prix juste.
Finaud mon cher Rayve, il va falloir la jouer finaud.

————————————————————————————–
Pimp’

Mmmhh … la nuit ne fut pas de tout repos, je m’éveille avec un mal de tête épouvantable …
Quelle heure peut il bien être ? le jour s’est levé et les paysans sont déjà en train de bêcher les champs, il doit être au moins 7 heures, il est temps de sortir de cette auberge.

Me préparant en hâte, je descend les quelques marches qui me mènent dans la salle commune. L’auberge est déjà bien peuplée, curieux …

Un bref coup d’oeil et je vois le druide, déjà en train de prendre son déjeuner, accompagné d’un jeune homme qu’il me semble avoir vu hier … mais je n’en suis pas sure.
Il serait idiot de déjeuner seule, cela attirerait l’attention sur moi, je décide donc de les rejoindre tous les deux.
Je vois l’aubergiste occupé a préparer des chopines pour les joueurs de cartes, alors qu’une bonne odeur de poulet rôti se fait sentir.
“Aubergiste, vous m’apporterez du jambonneau, un peu de pain et un verre de lait a la table du fond s’il vous plait”.

“Bonjour cher druide, bonjour jeune homme je me permet de me joindre a vous pour ce repas, je ne vous dérange pas ?”

————————————————————————————–
LeDruide

Je me lance dans ce déjeuner, le oeufs sont délicieux et le demi poulet exhale une odeur accueillante..

Au bout de quelques instant un type vient me voir et me dit :
– Bonjour noble chevalier. J’ai par mégarde entendu ta requête à notre bon aubergiste, mais je crois pouvoir t’être plus utile que lui. Je peux te guider si tu le désire, et mes prix sont plutôt bas. Que dirait tu de 50 pièces le voyage ?
– Des prix plutôt bas ! 50 pièces ne sont pas rien de nos jours mon brave… Avant que nous ne fassions affaire il faut nous connaître. Les gens me nome LeDruide et je ne connais pas mon véritable nom. Quel est ton nom ? Prend une chaise et sert toi, cela fait un mois que je marche sans parler à quiconque et depuis hier la compagnie des gens me fais le plus grand bien d’ailleurs il faut que tu saches….

Pimprenelle arrive à cet instant et
– Bonjour cher druide, bonjour jeune homme je me permet de me joindre a vous pour ce repas, je ne vous dérange pas ?
– Pas le moins du monde, nous étions sur le point de faire connaissance ce brave homme et moi. Sache qu’il me proposait de n’emmener jusqu’au monastère des frères de l’Illumination pour la somme de 50 pièces ! Il doit rudement bien connaître la région pour ce prix là !
Je voulais me rendre là-bas car j’ai ouïe dire que l’un des Frères de ce monastère, le frère Jacques, savait la science des chiffres et pourrait m’aider à ce que tu sais…
En tout cas sert toi bois et mange ce matin c’est moi qui vous invite !

————————————————————————————–
Rayve

Il invite? Cool, j’aurai gagné un repas.
Bon, on va pas non plus le ruiner, je suis pas une pourriture à ce point.
“Aubergiste, peut-tu me donner juste un oeuf et une pomme.”

Je me retourne vers l’homme. LeDruide hein? Un drôle de nom, jamais entendu.
“A nous. Puisque tu le désires, je me présente, on m’appelle Rayve. Ce n’est pas mon vrai nom, mais je n’utilise plus que celui-là.”

Même si je sais qu’ils m’ont vus hier, et qu’ils se doutent que j’ai entendu des bribes de leur conversation, faisons semblant d’ignorer.
“Et vous madame, quel est votre nom?”
Après qu’elle m’ait confirmé ce que je savais déjà, je me retourne vers LeDruide.

“Vous savez chevalier, ce prix de 50 pièce inclut toutes les assurances. Mais je dois bien avouer que voyager avec un chevalier diminue certains risques…”
Tiens, en allant vers le monastère, on devra passer sur le pont où ce chevalier noir terrorise tout le monde, peut-être que ce chevalier pourra nous en débarrasser.
“… par conséquent, je suis d’accord pour baisser mes prix. Quel est le votre?”

————————————————————————————–
Pimp’

“Enchantée de faire votre rencontre brave Rayve”.

Ce fumet m’avait mise en appétit.

“C’est gentil d’offrir ce repas le druide, j’ai moi même commandé quelques mets, vous pourrez vous servir”.

Je prenais un bout de poulet alors que Rayve et le druide commençaient les négociations.
Rayve m’avait l’air un tantinet opportuniste, si ce voyage a lieu il faudra rester sous nos gardes. Enfin s’il est homme a nous permettre de résoudre 2 énigmes en même temps, il va falloir rester courtois.

“Très bien Rayve, pour 40 pièces d’or tu nous mèneras au monastère des frères de l’Illumination, c’est entendu ?” Je m’engage a en payer la moitié, il n’y a aucune raison que le druide paye tout de sa poche, et il a deja payé beaucoup de chopines hier soir.

J’espère que la destination apportera ses réponses, ou je me retrouverai sans le sou.

“Es tu bien sur de connaitre le chemin Rayve ? Ce voyage est de la plus haute importance, et nous allons peut être affronter quelques dangers. Sais tu magner l’épée ?”

L’aubergiste amena a ce moment ma commande. Mon mal de tête se dissipe … une belle journée s’annonce, je le sens…

————————————————————————————–
LeDruide

– Pimprenelle je ne peux accepter que tu en payes la moitié ! Je suis ton débiteur et pour longtemps. D’autre part je me réjoui de ta présence, notre route n’en sera que plus sereine
Et me penchant à son oreille :
“Nous pourrons ainsi plus facilement connaitre les véritables intention de notre nouveau guide..”

Me tournant vers Rayve :
– 40 pièces me semble également être un prix honnête mais j’aimerais en plus te proposer un autre marché. Je dois auparavant t’en dire un peu sur mes motivations. Une personne m’a écrit une lettre que je ne comprends pas, pas que je ne sache pas lire, mais le contenu de cette lettre est pour ainsi dire caché par un système de chiffre que je ne connais pas. Pour cette raison je dois me rendre à ce monastère. Mais je dois également accomplir une quête, celle-ci peut être périlleuse, si tu m’accompagne et me guide je te défendrais de mon mieux, si le courage t’en dit de grande récompenses tant spirituelle que brillante peuvent nous attendre si ce n’est la mort…
Ne t’engages pas à la légère, mais du moins aller au monastère t’engages à peu de chose nous feront plus ample connaissance en route… En ce qui concerne la seconde partie de mes projets, la récompense sera fonction de nos réussites… ou de nos échec…

“Allons allons reprenez un peu de ce délicieux hydromel ! Prenons des forces avant de nous mettre en route…”

————————————————————————————–
rambois

et pendant ce temps la, toujours très loin mais un peu moins, un chevalier approche
CLOPCLOPCLOPCLOP

————————————————————————————–
Rayve

“Votre confiance m’honore, je vous conseille à l’avenir d’être plus parcimonieux quant à la révélation de vos objectifs réels. Le mien est juste de me faire de l’argent honnêtement. Et le prix de 40 pièces me convient parfaitement.”
40 pièces… c’est largement suffisant.

“Pour répondre à votre question madame, je manie l’épée assez bien, même si je n’ai pas eu à m’en servir depuis longtemps, et je n’en possède pas, comme vous pouvez le voir.
A la place j’utilise une dague que je manie avec une grande dextérité. C’est très adapté pour les voleurs, mais insuffisant contre les armures de chevaliers.
J’espère que vous avez des talents avec votre armes, car un chevalier noir, gardant un pont pour ne pas se tuer par innovation, se trouve sur notre route.
Nous pourrions le contourner, mais si votre quête est si pressé, il n’y pas d’autre moyen que de le battre ou de le payer.”

Tout en parlant je cherche dans ma tête. Le chemin vers ce monastère me revient peu à peu et le terrain devrait m’aider à m’en souvenir.

“Quant à la seconde partie de la quête, je ne sais pas si je suis encore prêt à mourir. Je vous donnerez une réponse au monastère.”

Ceci, achevant de manger, refusant dignement l’hydromel pour ne pas me sentir ma en chemin, je les préviens que je suis prêt à partir quant ils veulent.
Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression qu’ils se méfient de moi. Il faut avouer que je n’ai pas l’air d’un ange. Tant pis, c’est normal de nos jours, il faut se méfier de tout le monde.

————————————————————————————–
LeDruide

“Eh bien puisque tout le monde est d’accord terminons prestement ce repas et mettons nous en route.”

Me tournant vers Rayve :
“Si tu le souhaite je peux te prêter l’une de mes épées légère. Je ne connais pas bien ces régions ni les dangers qui nous menacent mais sache que si tu la désire, tu n’aura qu’a demander.”

En criant vers le comptoir :
“Tavernier ! Les chevaux sont-ils prêts ? Nous allons bientôt prendre la route !”

Juste après avoir dit cette phrase je m’aperçois qu’il était peut être un peu idiot de l’avoir criée. Une oreille indiscrète, un ennemi caché ! De nos jours il ne fallait jamais crier… J’espère que personne ici ne s’intéresse à notre expédition…

Je me lève et dit:
“Je vais aller préparer nos monture, la route sera longue, rejoignez-moi lorsque vous serez prêts à partir…”

Je sort et me dirige vers le bâtiment qui fait office d’étable. C’est un grand hangar en bois, le toit est en partie écroulé mais les bêtes sont à l’abri. Dans un coin de la paille fraichement coupée et un abreuvoir sont à la disposition permanente des chevaux.

En m’approchant d’eux, j’aperçois un homme en train de dormir au trois quart recouvert de paille, impossible de savoir si c’est un chevalier éméché, un client régulier, ou le fils de l’aubergiste…

Je sorts les chevaux en faisant mon possible afin de ne pas trop faire de bruit. Dehors le soleil arrive enfin à percer les brumes matinales, ça va être une belle journée, nous sommes au milieu de l’automne mais il ne fait pas encore bien froid.

Je décide de m’étirer quelque peu et de faire des exercices afin de réveiller progressivement mon corps et d’affronter cette journée au mieux….

————————————————————————————–
Rayve

Arf, je n’avais même pas penser à ce détail: les chevaux!
Ça va raccourcir le temps du trajet, et surtout moi qui voyage à pied depuis un bon bout de temps je risque de perdre mes repères.
Bien sûr je garde ça pour moi, j’ai confiance en mon sens de l’orientation qui m’a sorti de bien des impasses.

Je me lève à mon tour, prévenant Pimprenelle que je vais faire un tour quinze minutes, et qu’on se retrouvera avec LeDruide devant l’étable.

C’est décidément une belle journée et l’air froid de la matinée me réveille une bonne fois pour toute. tout bien considéré, cette histoire ne commence pas trop mal. Je commence à retrouver le chemin, et ces chevaliers ont l’air bien honnêtes.

Je vais régler quelques affaires personnelles, puis je retournerai à l’auberge.

————————————————————————————–
Pimp’

Je me dis qu’on ne risque pas d’avoir un aussi bon repas avant un moment, alors j’en profite, je termine quelques cuisses de poulet et bouts de pain qui trainent, laissant aux hommes le soin de peaufiner les derniers détails.

Ayant vidé les écuelles, j’acquiesce d’un signe de tête, puis je m’en retourne a ma chambrette afin de ranger mes affaires et me préparer au départ.

Je redescend, remercie l’aubergiste pour son bon accueil, puis je me dirige vers l’étable afin de voir où le druide en est avec les chevaux.
“Penses tu que les chevaux sont en état d’entreprendre le long voyage qui nous attend” ?
“Oui Pimprenelle ne t’inquiètes pas, les chevaux se portent pour le mieux”

Je regarde au loin si Rayve est dans le coin, je ne le vois guère … je songe .. que peut il bien comploter … J’ai un doute sur son honnêteté ..
“Il faudra payer Rayve au fur et à mesure … j’ai peur qu’il ne nous lâche entre les pattes au dernier moment nous laissant perdus au milieu de nulle part” …

.. “Je vais remplir quelques outres d’eau pour le voyage”..

————————————————————————————–
ferti

[ah si seulement je connaissais l’alphabet des arbres se disait peut être ledruide en ce moment..]

————————————————————————————–
LeDruide

Les chevaux se portaient effectivement pour le mieux, Rayve n’était pas encore revenu mais il restait beaucoup à faire afin de réparer le voyage.

L’aubergiste avait pour tâche de nous préparer deux sacs de nourriture afin de tenir 2 jours de voyage complet au cas ou ne nous trouverions pas de nourriture à chasser, ce qui semblait peu probable. Il avait d’ailleurs tenu à ajouter sa spécialité ; le “cromanche”, qui était une sorte de pâte visqueuse à base de lait de brebis mélangé avec du miel et des amandes. L’aspect extérieur de cette mixture avait beau être particulièrement repoussante, il fallait bien admettre qu’en manger, ne serait-ce qu’une tartine, vous plâtrait l’estomac pour la journée !

Soudain, pendant que je terminais de fixer le mord de ma monture j’entendis une voix me disant “…si seulement je connaissais l’alphabet des arbres…” !
“Pimprenelle, que dis-tu ?”
“Rien je suis en train d’ajuster mes étriers.”

C’est étrange il me semblait pourtant avoir entendu une voix… une voix caverneuse sortit des profondeurs de mon esprit peut être ? Une intuition alors ? Où plutôt qu’une intuition cela ressemblait à un message qui m’aurait été envoyé, comme si mon esprit n’était pas responsable de cette pensée…
L’alphabet des arbres… qu’est-ce-c’est ?

Si seulement mon oncle Ramix était en vie il aurait pu m’aider…

“Pimprenelle ! As-tu déjà entendu parler de l’alphabet des arbres ? Il me semble en avoir déjà entendu parler mais je suis incapable de me souvenir d’où ou de quand…. D’ailleurs à tu des nouvelles de notre guide ? Je ne l’ai pas vu depuis lors !”

————————————————————————————–
Pimp’

Alors que j’avais rempli les outres d’eau, je revenais vers l’étable afin de m’occuper de mon cheval.
Quelques minutes plus tard, le druide me demanda :
“Pimprenelle ! As-tu déjà entendu parler de l’alphabet des arbres ? Il me semble en avoir déjà entendu parler mais je suis incapable de me souvenir d’où ou de quand…. D’ailleurs à tu des nouvelles de notre guide ? Je ne l’ai pas vu depuis lors !”

“Quelle question ! ce grimoire est pour certains une légende, mais vois tu, je suis certaine qu’il existe ! Et tu ne devinera jamais où j’en est entendu parlé ! …
Alors que je rodais dans un village truffé de sorcieres à l’affût de renseignements, moi meme deguisée de la sorte, je m’imissais dans un groupe de vieilles femmes… Elles evoquèrent à un moment ce vieux grimoire … Je n’en sais guère plus, et elles ne dévoilèrent pas la cachette de cet ouvrage. Je suis sûre qu’il se trouve quelque part dans la forêt enchantée…

Quant à notre guide, je ne sais point où il est passé … mais …”

Un nuage de poussière attira mon attention un peu plus loin. C’etait notre guide, Rayve, qui courrait à toute allure. Il arriva tout suant près de nous.

“Que vous est il arrivé mon cher ? Un meute de loups à vos trousses pour que vous courriez de la sorte” ? …

————————————————————————————–
LeDruide

Pendant que Pimprenelle me racontait son histoire, j’était heureux d’apprendre qu’elle savait l’art du grimage, d’autant plus que les sorcières sont très forte pour lire dans le coeurs des autres, si elle avait été capable de se faire passer pour l’une des leurs elle devait véritablement posséder cet art à la perfection.

Pimprenelle se tourne alors, son attention était attiré par un nuage de poussière grandissant, je me tourne afin de mieux voir et apperçois notre guide courant tel un damné et s’arrêtant en sueur à notre niveau.

————————————————————————————–
rambois

il n’empeche que pendant ce temps la, tres loin d’ici, mais p’t’etre un chouille moins, un chevalier approche…
CLOPCLOPCLOPCLOP

————————————————————————————–
Rayve

Arf…
En sueur, après avoir couru comme un dératé, je retrouve mes deux “clients” qui me regarde d’un drole d’air.
Je reprends mon souffle (moi et la course à pied, ça fait autant que moi et l’alcool, c’est à dire plus qu’assez pour jouer à la belote), et je m’explique:

“Désolé, j’ai cru être en retard, alors je suis arrivé en courant. Mais je vois que je me suis inquiété pour rien.
En fait, je suis allez à l’endroit où je dort depuis quelques jours, chez un ami, et au pasage j’ai rencontré des runes sur un arbre. C’est pas courant dans le coin, d’autatn qu’elle n’y était pas voici deux jours. Je me suis arrêté quelques seconde pour regarder ces runes et avant que j’ai pu comprendre que je n’y comprenait rien, je suis tombé dans les vappes. Je me souviens juste d’une histoire d’alphabet. Comme si j’avais entendu ce mot en tombant dans les pommes.
Enfin, je me suis réveillé dans le fossé, heureusement pas dans la boue, et sans avoir été détroussé. Comme j’étais à la bourre, j’ai décidé de venir ici au plus vite, de peur que vous partiez sans moi. C’est un peu bête, vu que sans guide vous n’irez pas loin, mais ce fut un réflexe.
Toujours est-il, qu’au passage, je n’ai pas retrouvé les “runes”.”

La chose semblait intriguer mes deux “clients”. Je leur fit signe que ce n’était pas franchement grave et qu’on aurait le temps d’en discuté plus tard.
Aprsè quelques minutes de discussion avec l’aubergiste, me voici pourvu d’une monture. Pas un fier destrier, mais une carne qui me ménera là où je lui demande, et c’est suffisant.

“Suivez moi, on part vers l’Est.”

Posted by | Categories: Textes | Tagged: , , |

Share with others

No Responses so far | Have Your Say!